Je lis, tu lis… Le texte n’est que prétexte !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les belles phrases

 

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, mars 6 2010

D'autres phrases fascinantes...

“Celui-là serait méprisé par tous les autres, par le roi, par le vaniteux, par le buveur, par le businessman. Cependant c’est le seul qui me paraisse pas ridicule. C’est, peut-être, parce qu’il s’occupe d’autre chose que de soi-même. »

“ Bien sûr – dit le Renard -. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde... »

“Le langage est source de malentendus”

“Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l’après-midi, dès trois heures je commencerai d’être heureux »

“On ne voit qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux »

“C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante”

“Les enfants seuls savent ce qu’ils cherchent. Ils perdent du temps pour une poupée de chiffons, et elle devient très importante, et si on la leur enlève, ils pleurent... »

Quelques-unes des mes citations préférées...

Moi, j'aime bien aussi:

“Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d’un nouvel ami, elle ne vous questionnent jamais sur l’essentiel. Elle ne vous disent jamais : « Quel est le son de sa voix ? Quels sont les jeux qu’il préfère ? Est-ce qu’il collectionne les papillons ? Elles vous demandent: Quel âge a-t-il? Combien a-t-il de frères ? Combien pèse-t-il ? Combien gagne son père? Alors seulement elles croient le connaître.”

“Elles sont comme ça. Il ne faut pas leur en vouloir. Les enfants doivent être très indulgents envers les grandes personnes. Mais, bien sûr, nous qui comprenons la vie, nous nous moquons bien des numéros. »

“Je connais une planète où il y a un monsieur cramoisy. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions. Et toute la journée il répète comme toi : je suis un homme sérieux ! je suis un homme sérieux ! et ça le fait gonfler d’orgueil. Mais ce n’est pas un homme, c’est un champignon ! »

« Je ne savais pas trop quoi dire. Je me sentais très maladroit. Je ne savais comment l’atteindre, où le rejoindre... C’est tellement mystérieux, le pays des larmes ! »

“Il ne faut jamais écouter les fleurs. Il faut les regarder et les respirer. La mienne embaumait ma planète, mais je ne savais pas m’en réjouir »

“- Je n’ai alors rien su comprendre! J’aurais dû la juger sur les actes et non sur les mots. Elle m’embaumait et m’éclairait. Je n’aurais jamais dû m’enfuir ! J’aurais dû deviner sa tenderse derrière ses pauvres ruses.”

“- Tu te jugeras donc toi-même, lui répondit le roi. C’est le plus difficile. Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui. Si tu réussis à bien te juger, c’est que tu es un véritable sage. »

mardi, février 2 2010

Dans les quatre premiers chapitres

le 29/01/2010, à Rozay, nous avons lu ensemble les quatre premiers chapitres du Petit Prince. Voilà les phrases que nous avons particulièrement aimées :

- "Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants. (Mais peu d'entre elles s'en souviennent.)"

- " Elles les grandes personnes ont toujours besoin d'explications."

-" Elles les grandes personnes sont comme ça. Il ne faut pas lesur en vouloir. Les enfants doivent être très indulgents envers les grandes personnes."